EDITO MARS 2022 N°156

.

En Ukraine, les armes doivent se taire immédiatement et laisser la place à une solution diplomatique plaçant au coeur l’aspiration des populations à vivre libres et en paix !
La CGT condamne, comme elle l’a toujours fait, les menées impérialistes des grandes puissances, l’irresponsabilité des dirigeants qui font le choix des armes plutôt que du dialogue, les cadres d’alliance militaire dont l’OTAN qui représentent une menace permanente pour la paix. A l’instar de nombreuses voix en France et dans le monde, la CGT exhorte tous les responsables politiques à arrêter de suivre la logique militaire et à faire prévaloir l’aspiration des peuples à la paix. Face à une guerre qui une fois encore se traduira par des morts, des destructions et des reculs sociaux, la CGT est aux côtés des travailleuses et travailleurs d’Ukraine et aussi aux côtés des travailleuses et travailleurs, des pays qui seront rapidement impactés par cette guerre. Tous les peuples sans exception qui sont confrontés à une crise globale (climatique, sanitaire, sociale…) frappant d’abord les plus pauvres, les plus fragiles n’ont rien à gagner à une nouvelle guerre !
Notre responsabilité première en tant qu’organisation syndicale est de proposer des alternatives à ce système.
La CGT est porteuse de nombreuses revendications qui s’inscrivent dans une logique de plan de rupture. Que ce soit des mesures redistributives pour les plus démunis, fiscales en mettant beaucoup plus à contribution les plus riches, de l’urgence à améliorer le pouvoir d’achat de tous les salariés qui sont des créateurs de richesses, ou de soutien au secteur public, notamment dans le domaine de la santé, de la recherche, de l’éducation ….. C’est ce qu’exigent, les salariés, les retraités par leurs mobilisations dans de très nombreux secteurs et très souvent couronné de succès. Laurent LABOUREAU Membre du Collectif d’Animation de l’UD

EDITO DÉCEMBRE 2021 N°155

Le monde d’après …. Il y a un an nous parlions du monde d’après en se permettant de rêver à un monde meilleur et plus juste : nous allions voir ! Les premiers de cordée, les indispensables, tous les invisibles de notre société allaient enfin voir leur travail récompensé et obtenir des salaires décents …Qu’il était beau ce rêve !

A l’heure où dans les médias nous n’entendons que des propos haineux, racistes, les véritables préoccupations des salariés sont absentes du débat : comment couvrir toutes les dépenses qui augmentent avec un salaire qui stagne ? Nous sommes toutes et tous confrontés aux augmentations du carburant, de l’électricité, du gaz et de la nourriture. Notre salaire, que nous soyons salarié du privé ou du public, n’augmente pas au même rythme et ce qu’il reste en fin de mois, quand il en reste, permet de combler le découvert bancaire.

A travers cette crise sanitaire qui dure, les salariés ont compris que ce sont eux les producteurs de richesse. Preuve en est de la multiplication des mouvements de grève dans les entreprises, comme par exemple dans la Nièvre à Eurosit, Ugitech à Imphy, les oubliés du Ségur ou chez Leroy Merlin, Dassault aviation, et j’en passe. C’est à travers ces luttes et toutes les autres qui sont en cours dans de nombreuses entreprises que nous pourrons faire entendre la voix des salariés qui souhaitent une juste rémunération de leur travail et qui ont obtenu des augmentations salariales.

Pour la CGT, le Smic doit être immédiatement porté à 2.000 euros afin de couvrir l’augmentation du coût de la vie ! Cela équivaut à une hausse de 20 %. Rappelons qu’en Allemagne la nouvelle alliance au pouvoir vient de décider une hausse de 25% du Smic, tandis qu’en Espagne le salaire minimum a augmenté de 30 % depuis 2018. Si de telles décisions sont possibles chez nos voisins pourquoi serait-ce inenvisageable en France ?

A l’initiative des organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL, une journée interprofessionnelle de mobilisation est prévu le 27 janvier pour l’augmentation immédiate de tous les salaires du privé comme du public, des allocations pour les jeunes en formation et en recherche d’emploi, ainsi que d’améliorer les pensions des retraité.e.s. Carole DOUSPIS Membre du collectif d’animation de l’UD



ÉDITO SEPTEMBRE 2021 N°154

On découvre des milliers de milliards de dollars planqués dans des paradis fiscaux. Des personnalités politiques, des grands dirigeants d’entreprises sont pris la main dans le pot de confiture alors même qu’ils nous demandent de se serrer la ceinture.

Depuis 13 ans, les scandales se succèdent. Si l’on calculait le montant de l’argent volé aux états, aux peuples et aux salariés, bon nombre de problèmes dans le monde pourrait être résolus : l’éradication de la malnutrition, le développement de l’éducation, l’augmentation des salaires et des pensions, le droit à la retraite avec des conditions décentes et non considérés comme des parias.
S’ajoutent bien évidemment les bénéfices des 37 entreprises françaises les plus importantes qui ont dégagé 57 milliards d’euros de bénéfice sur le premier semestre 2021.
Quid du partage des richesses avec ceux qui les produisent par leur travail.
Nous avons réellement besoin d’un plan de rupture avec ces politiques capitalistes menées depuis des années.

A quelques mois des élections présidentielles, ne tombons pas dans de faux débats telles que l’insécurité, l’immigration, alors que la principale préoccupation des Français est le pouvoir d’achat. La CGT entend mener une bataille des idées à rebours des politiques actuelles notamment en portant la question de la réduction du temps de travail et la revalorisation des salaires, des pensions et minimas sociaux ainsi qu’en faveur d’une transition écologique et sociale juste.

Ensemble, par la mobilisation, défendons nos droits, conquérons et construisons un monde plus juste.

CROES Marlène

Membre du collectif animation de l’UD CGT 58

ÉDITO JUIN 2021 N°153

À l’aube des vacances, après avoir vécu une période complexe, chacun espère retrouver une liberté.
Pour autant, la situation sociale, économique et politique reste inchangée. Les idées d’extrême droite et le racisme montent en puissance. Opposer les peuples, diviser les travailleurs, telles sont les armes de ceux qui veulent détourner les travailleurs des véritables causes de la crise sociale : privatisation des services publics, destruction de notre système de protection sociale, augmentation des dividendes versés aux actionnaires…
Si les soignants ont bénéficié d’un train de mesures, très loin des revendications des personnels, les attaques du gouvernement et du patronat contre les premiers de corvées continuent et s’amplifient : réforme de l’assurance-chômage, loi de transformation de la Fonction publique.
Plus que jamais, cette crise démontre l’urgence de se mobiliser et de porter les revendications des salariés, des retraités en s’appuyant sur les campagnes CGT : salaire, emploi, 32 heures, 10% dans la Fonction publique.
Les différentes initiatives qui rassemblent au delà des syndicats, font résonner la détermination d’en finir avec le monde d’avant et l’ambition de mener des combats pour gagner de nouvelles avancées sociales.
Toutes et tous, retrouvons-nous rapidement dans les luttes à venir.

BERTHON Loïc

Secrétaire Général de l’UD CGT 58

ÉDITO DE MARS 2021 N°152

Le monde est bouleversé par une pandémie qui révèle les conséquences désastreuses d’un système économique dans lequel les intérêts d’une minorité l’emportent sur la vie, la santé et l’emploi du plus grand nombre. L’argent public sans contrepartie coule à flots pour les tenants du capital. Pour les actionnaires et leurs dividendes, le « quoi qu’il en coûte » prend tout son sens. Le plan de relance suit le même chemin avec seulement 1 % en direction des plus pauvres.

Explosion des inégalités, chômage de masse, bas salaires, catastrophe écologique, pandémie, montée des idées d’extrême droite, etc. Après 1 an de pandémie, les règles de la pensée libérale, et au premier plan le chef d’État Emmanuel Macron, continuent comme si de rien n’était. Les « premiers de corvées » attendront encore. La cure d’austérité continue dans les services publics, comme à l’hôpital avec des conditions de travail toujours un peu plus dégradées de jour en jour.

La pandémie est même une opportunité pour réorganiser le travail ou licencier à tout va. N’en doutons pas, toute les campagnes et les luttes de la CGT contribuent à l’élévation des consciences. Dans les professions, dans les entreprises, dans les territoires, nos propositions sont des alternatives crédibles. Il est possible de lier efficacité économique, sociale et environnementale, mais, pour cela, nous devons rompre avec les recettes du passé. Les modernes c’est nous !

LABOUREAU Laurent

Membre du collectif d’animation

EDITO DE JANVIER 2021

2020 restera marqué dans les esprits à cause de cette pandémie à l’échelle de la planète mais aussi par les multiples attaques envers les travailleurs, les privés d’emploi, les jeunes, les retraités, occultées par les mesures sanitaires : prise de congés obligatoires, travail à domicile,  non augmentation du smic … alors que dans le même temps les entreprises se voyaient accorder plus de 100 milliards d’euros d’aides par l’état sans aucune contrepartie.

A l’image de Sanofi, qui a distribué  4 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires et a touché près de 120 millions d’euros de crédit d’impôt et annonce un plan de licenciements pour le secteur recherche et développement. Pour la CGT, c’est inacceptable !

Ceci met en exergue le bien fondé de nos critiques, de nos propositions pour une transformation de notre société, du renforcement des droits sociaux et l’amélioration de notre système de santé.

Nous avons réellement besoin d’un plan de rupture avec ces politiques menées depuis des années accentué avec ce gouvernement imposant une production réorientée vers la satisfaction des besoins sociaux et du bien être des salariés et des populations.

Pour cela nous devons réunir toutes les conditions nécessaires à l’élévation du rapport de force, nous organiser syndicalement et se mobiliser massivement.

Avançons ensemble avec la CGT, pour gagner de nouvelles conquêtes sociales d’une société plus juste solidaire pour toutes et tous.

Loïc BERTHON

Secrétaire général

EDITO D’OCTOBRE 2020

La pandémie de covid 19 a exposé au grand jour la faillite du libéralisme et de son obsession de la rentabilité à tout prix. Il est nécessaire de rappeler la gestion désastreuse du covid par le gouvernement : communications et dispositions incohérentes, aucune mesure d’anticipation ou d’actions efficaces (pas de lits, pas d’embauches de personnels….) alors que les demandes et les revendications sont nombreuses. On retiendra que l’épisode covid, loin d’être terminé, témoigne d’un raté démocratique entre pouvoir et élus comme d’une difficulté grandissante d’une partie de la population et de certaines professions à accepter des mesures qui semblent sans but précis. On ferme bars et restaurants, mais des usagers continuent à s’entasser dans les transports en commun… on desserre ici et boulonne là.

Comment ne pas être stupéfait face au mutisme du gouvernement sur les services publics qui pourtant ne cessent de montrer leur rôle majeur et plus particulièrement durant cette crise sanitaire, économique et sociale. Elle a également révélé les premiers de corvés, ces femmes et hommes qui étaient physiquement au travail, derrière les caisses, dans les entrepôts, les abattoirs, sur les routes ou dans nos rues. Ceux sans qui la société se serait effondrée sont aussi ceux qui ont l’espérance de vie la plus courte, les salaires les plus bas, le taux d’accident du travail le plus élevé. Et c’est encore sur eux que pèse le plus lourdement le coût des mesures sanitaires, puisque les masques ne sont toujours pas gratuits.

Il faut continuer à expliquer que c’est inefficace économiquement scandaleux socialement et calamiteux écologiquement. Le gouvernement ne répond qu’aux volontés du medef en continuant à déverser des aides publiques par milliards sans contreparties, ni conditions. N’a t-on pas besoin d’un véritable plan de rupture avec ces politiques capitalistes menées depuis des années ? Face à cela, la CGT avec les salariés, ont des propositions. Tous ensemble agissons pour les gagner.

Charlotte NAGEL

Membre Collectif Animation

UD CGT Nièvre

EDITO DE JUIN 2020

La crise sanitaire que nous subissons toutes et tous et qui a pris une ampleur planétaire, met en évidence les fractures sociales, économiques, numériques, sanitaires … entre les citoyens et les peuples. Elle donne à voir l’échec du mode de développement capitaliste fondé sur l’exploitation de l’être humain. Les inégalités sociales et sanitaires sont plus que jamais évidentes et se sont les populations les plus pauvres qui en subissent les conséquences.

Selon OXFAM, ce sont près de 500 millions de personnes supplémentaires qui vont basculer dans la pauvreté avec la crise, soit un retour en arrière de 10 ans. Le Président de la République et son gouvernement à travers ses annonces et l’appel à l’unité nationale a tenté de masquer les conséquences d’années de politiques d’austérité sur notre système de santé et la défaillance du pouvoir à gérer cette crise en tentant même de culpabiliser et rendre responsable les citoyens. Ils préparent ainsi l’opinion publique à de nouveaux sacrifices sociaux notamment avec les ordonnances dérogatoires du code du travail pour porter à 60 h la durée hebdomadaire du temps de travail jusqu’à la fin 2020. Cette crise aura remis sur le devant de la scène la question de la santé et des moyens nécessaires pour assurer la prise en charge des malades.

Malgré le manque de moyen matériel, d’effectifs, les personnels des hôpitaux, des Ehpad publics, publics/privés, des aides à domicile ont fait face, bien souvent au péril de leur santé. Et certains ont découvert les conséquences d’années de restructuration de politique d’austérité sur les services de santé.

Bref, le gouvernement n’a tiré aucun enseignement des mobilisations des personnels de santé revendiquant des moyens nécessaires pour répondre aux besoins de la population. Construire un autre modèle de société par des trans-formations économiques sociales et environnementales devient urgent. Il est temps que de nombreuses voix s’élèvent pour dire plus jamais ça. La CGT doit et veut y contribuer.

LOIC BERTHON

Secrétaire général

EDITO DE JANVIER 2020

Si nous décidions ensemble de faire de 2020 une année de progrès social ? Pour cela, il y a besoin de poursuivre sur la lancée de fin 2019 début 2020 : se rassembler de plus en plus nombreux dans les actions, pour obtenir de Macron et le gouvernement qu’ils entendent la colère, la souffrance des jeunes, des salarié.e.s, des retraité.e.s qui en ont assez d’être méprisé.e.s. comme en témoigne la décision du gouvernement de ne pas donner de coup de pouce au SMIC. Une augmentation significative du SMIC entraînerait un relèvement général des salaires, et au passage donc, une hausse mécanique des cotisations, de quoi alimenter le financement des retraites et permettre aux salariés de vivre mieux.

Assez d’être sacrifié.e.s pour satisfaire l’appétit financier de ceux qui viennent encore d’empocher 320 milliards d’€ sur le dos des travailleurs, (somme exonérée de toutes cotisations), d’où cette nouvelle attaque contre les retraites, la mise à mal de notre protection sociale solidaire.

Pas le hasard donc si l’article 64 du projet de réforme appelle le secteur de l’assurance à se mobiliser pour renforcer l’attractivité des plans d’épargne de retraite privée. Au grand plaisir des marchés financiers et leur relais bancaire et assurantiel qui exigent depuis des années de s’accaparer l’épargne aujourd’hui socialisée.

Malgré la tentative du gouvernement et d’une majorité de médias de décrédibiliser le mouvement en le réduisant à une bataille pour préserver les régimes spéciaux, l’opinion n’est pas dupe et sait bien que tout le monde a à perdre avec ce projet rétrograde, d’où le rejet majoritaire et le soutien massif à l’action.

Cette lutte oppose l’intérêt des puissances d’argent à celui des travailleurs du public et du privé. Elle aura des conséquences pour l’avenir car les grands enjeux de la rémunération du travail, sa durée, l’égalité, la pénibilité, l’enseignement, la formation, la santé…sont ici posés.

Soyons de plus en plus nombreux à faire entendre les propositions de partage des richesses pour financer le progrès social.

Saisissons-nous de toutes les occasions qui se présenteront durant cette nouvelle année pour que triomphent les valeurs de solidarité, de vivre ensemble et de paix.

Bonne et heureuse année à toutes et tous

LOIC BERTHON
Secrétaire général